AVERTISSEMENT

AVERTISSEMENT Ce blog a pour raison d'être de rééquilibrer la problématique de l'affaire de Nantes, et de remettre à l'honneur la présomption d'innocence.

Il s'adresse en particulier à tous ceux et celles qui restent meurtris, et qui ne renoncent pas à comprendre.

En tant que partie civile, nous avons pu constater dans le dossier que les informations qui ont fuité dans les médias provenaient d’une sélection d'éléments à charge, pour une raison que nous ne nous expliquons pas. Alors qu'il existe pourtant quantité d'éléments à décharge dont l'importance est minimisée.

Pour résumer notre position [...] Réfléchir autrement.

Bertram et Christine de Verdun (sœur de Xavier)

CHRONOLOGIE succincte



Mis à jour le 13 avril 2013


Remarque :
Chronologie non exhaustive, basée sur des éléments personnels ou parus dans la presse.
Le dossier d'instruction contient de nombreux autres éléments à décharge.



Dimanche 11 Juillet 2010 :
Xavier envoie un mail commun à deux amis de longue date, jugés fiables. Il leur demande expressément d'enregistrer et de sauvegarder ce message dans un « dossier spécial, pour le cas où ». Il pourrait leur servir plus tard. Après avoir envisagé plusieurs cas d'accidents et de drames domestiques, pouvant les atteindre lui et sa famille, Xavier conclut ce mail en ces termes :
« Je souhaite enfin que, même après enquête de police, on ne puisse jamais laisser croire à mes parents, frères et sœurs, que ces accidents ont été volontairement provoqués par moi (même si les preuves sont formelles.)
Fait à Nantes, le 11 juillet 2010, et expédié conjointement par mail à [...] et à [...], qui pourront ainsi prouver l'authenticité de ce document.
Xavier de Ligonnès ».

Fin décembre 2010 : 
Visite de Xavier, Agnès et les enfants à Versailles, chez la mère de Xavier. 

Jeudi 20 janvier 2011 : 
Mort d’Hubert de Ligonnès, père de Xavier. 

Février-mars 2011 : 
Contacts fréquents entre Xavier et Christine pour les démarches administratives concernant la succession de leur père. 

Dimanche 6 mars 2011 :
SMS des enfants au moment de la fête des grands-mères. Thomas : « Coucou Christine ! Juste pour vous faire un petit coucou et pour souhaiter une bonne fête à Grand-mère :) je vous embrasse fort. Tom ». Anne envoie un sms similaire, affectueux, à cette même occasion.

Mardi 22 mars 2011 : 
Dernier déjeuner de Xavier avec sa mère et Christine, à Versailles. 

Vendredi 25 mars 2011 : 
Dernière visite de Xavier à Versailles chez sa mère, pour rapporter quelques documents relatifs à la succession. 

Fin mars 2011 : 
D’après Europe 1, Agnès aurait dit à une religieuse, peu de temps avant la disparition de la famille : "priez pour moi, je vais en avoir besoin".
http://www.europe1.fr/Faits-divers/Nantes-elle-etait-comme-d-habitude-510425/

Jeudi 31 mars 2011 : 
Agnès participe à une réunion au cours de laquelle elle demande à plusieurs amies de prier pour elle et pour Xavier. Elle est anxieuse, semble avoir un "poids sur le coeur" [sic], et évoque de "lourdes menaces".

Vendredi 1 avril 2011 : 
Achat de matériel à Castorama, en carte bancaire, dont une pelle bêche et une houe lorraine, inutilisables sous la terrasse en raison de la hauteur du manche.

Samedi 2 avril 2011 : 
Achat de 40 kg de chaux vive à Jardiland, en carte bancaire. Depuis plusieurs années Xavier évoquait le jour où il devrait rendre la maison, et restaurer la pelouse dévastée par les chiens.

Dimanche 3 avril 2011 : 
Selon TF1 : « Le 3 avril, c’est Agnès, la mère, qui annonce à l’une de ses amies son départ imminent pour l’Australie. Un changement de vie auquel elle semblait croire fermement. »
http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/2011-04/xavier-de-ligonnes-un-homme-aux-nombreuses-zones-d-ombre-6407863.html
Fin d'après-midi, cinéma et restaurant en famille.
22h37 : Xavier laisse un message vocal sur le répondeur de Christine.
Les preuves de vie présentes dans le dossier d'instruction démontrent qu'il n'y a jamais eu d'assassinat dans la nuit du 3 au 4 avril 2011

Lundi 4 avril 2011 : 
L'appareil d'aide respiratoire d'Agnès est stoppé tôt le matin, ce qui n'a rien d'une exception : Agnès ne l'utilisait pas systématiquement pendant toute la nuit.
La lettre de démission, manuscrite et signée, envoyée par Arthur à son employeur est datée de ce jour. Par plusieurs recoupements il apparaît clairement que les enfants ont participé aux préparatifs du départ en famille.
Vers 10h00 : La secrétaire du primaire de l'Institution Blanche de Castille reçoit un appel téléphonique d'un homme, se présentant comme étant le mari d'Agnès, l'informant de l'absence de cette dernière pour raison de santé. La voix de Xavier était tout à fait normale, et le coup de téléphone "très classique".
Vers 12h30 : Xavier rappelle Christine. L’appel dure vingt minutes et Xavier est parfaitement normal.
Vers 20h50 : Xavier et Thomas vont dîner au restaurant "Le Cavier" à Avrillé. Thomas goûte du foie gras.

Mardi 5 avril 2011 : 
Matin : Thomas passe la matinée chez un ami, qui le trouve peu bavard, un peu absent, un peu bizarre. Thomas lui explique qu'il a eu un malaise la veille au soir, au restaurant avec son père. Il dit s'être endormi, et penser que c'était du à la prise de ses médicaments : il dit être un peu malade, peut-être une angine.
Vers 12h30, une employée du salon de coiffure voisin aperçoit Agnès en train de téléphoner sur le trottoir, devant sa maison.
13h50, Xavier envoie un email à sa soeur. Il lui parle des deux soirées précédentes passées au restaurant en famille et avec Thomas.
Agnès, Anne et Benoît sont aperçus dans la rue : "Questionné à son tour, le gérant d'un café situé à proximité de la maison [...] a relaté avoir aperçu, le 12 avril [sic... en réalité le mardi 5 avril], Agnès Dupont de Ligonnès, accompagnée de Benoît et d'Anne, les deux plus jeunes enfants du couple, monter dans une Golf cabriolet avant de partir dans une direction ignorée."
Stéphane Sellami, Thibault Raisse et Pierre-Baptiste Vanzini à Nantes - Aujourd'hui en France / Le Parisien - Vendredi 22 avril 2011- http://www.leparisien.fr/une/le-pere-de-famille-recherche-est-le-suspect-numero-un-22-04-2011-1418178.php
Vers 19h20 : Thomas, chez un ami, reçoit un appel téléphonique de Xavier. Thomas explique à cet ami, après avoir raccroché, que sa mère a eu un accident de vélo, qu'elle a percuté une voiture et qu'elle a eu un petit coma, sans qu'il n'y ait à s'en inquiéter. Sa mère est encore à l'hôpital, et son père demande à Thomas de prendre le train et de rentrer à Nantes.
21h03 : Agnès répond à un sms de Thomas. C'est bien elle qui répond, puisque Xavier est à ce moment précis en conversation avec leur ami Emmanuel. Et parce qu'Agnès sera vue deux jours plus tard devant chez elle par plusieurs personnes.
Vers 22h10 : Thomas appelle un ami, et lui apprend que sa mère a eu un accident. A la façon dont Thomas le raconte, "d'une façon comme quoi ce n'était pas grave", cet ami ne s'inquiète pas.
Vers 22h45 : Thomas demande par sms à plusieurs amis de prévenir ses professeurs de son absence le lendemain, en invoquant l'accident de sa mère. Un ami lui demande si ce n'est pas trop grave, ce à quoi Thomas répond presque aussitôt que ça devrait aller, et que sa mère s'est réveillée de son petit coma.
Deux remarques au sujet du prétexte de l'accident d'Agnès : celle-ci ne pratiquait pas le vélo, et un coma consécutif à un tel accident, même bref, n'a rien d'anodin. Le contraste entre la gravité du sujet et l'état d'esprit de Thomas est flagrant. Que cache ce prétexte ? A la lueur de la lettre commune, il est vraisemblable que Xavier a annoncé le départ familial à Thomas la veille au soir, lors du dîner en tête à tête. D'où l'état de préoccupation de Thomas le lendemain, bien perçu par tous ses amis. Sa sérénité lors de l'annonce de l'accident de sa mère s'explique dès lors très bien, ainsi que les paradoxes soulignés plus haut : c'est un code convenu avec son père la veille.
Vers 23h45 : Thomas arrive au domicile familial, après avoir été récupéré par Xavier à la gare de Nantes.

Mercredi 6 avril 2011 : 
Peu après minuit, Thomas échange quelques sms avec un ami. Il dit regarder le film "Midnight express" avec son père. C'était un de leurs films favoris, et le DVD a bien été retrouvé dans le salon.
NB: Thomas ne dément pas le prétendu accident de sa mère.
Le matin, un peu avant 9h00, deux amies d'Anne passent devant la maison et remarquent que les volets d'Anne sont fermés, contrairement à son habitude.
A midi, elles repassent à nouveau devant la maison, et découvrent un petit mot, rédigé de la main d'Agnès sur un papier bleu, et scotché sur la porte d'entrée : Agnès demande de ne pas sonner car ils sont tous malades, au fond de leur lit, et ne peuvent pas répondre.  Elle termine avec un smiley. Il s'agit bien de son style et de son écriture, et le petit mot n'est pas inquiétant.
Dans la journée Xavier rédige la plupart des lettres de départ. Il met l'accent sur l'Australie comme indiqué dans la lettre commune : « La version officielle est que nous avons été mutés en AUSTRALIE pour des raisons professionnelles, sans plus de précisions ».
Les courriers aux écoles annonçant le départ de toute la famille sont datés de ce jour. Extrait : « Ayant été muté de toute urgence en Australie, dans le cadre de mon activité professionnelle, et étant parti avec mon épouse et mes enfants, je vous informe que [nos enfants] ne se rendr[ont] plus en cours […] ».
17h54 : Xavier fait un appoint d'essence dans une station de Nantes, et le règle en carte bancaire. Il est vu accompagné, et propose une boisson à la personne qui est avec lui dans la voiture.
18h00 : Xavier effectue un retrait d'espèces à un DAB proche de la station.
21h45 : Xavier reçoit un appel d'un ami, pour une conversation de 25 minutes. D'après cet ami, qui le connaît bien, le ton de Xavier est parfaitement normal.

Jeudi 7 avril 2011 : 
Vers 00h30 : Xavier envoie un email à la personne à qui il propose de donner ses sites internet. Il lui demande de répondre très vite car :
« je change de vie et je pars enfin m'installer aux USA avec ma famille », lui explique-t-il.
08h30 : Xavier envoie un mail à un ami médecin, pour lui confier les soucis qu'il se fait pour la santé d'un ami commun.
14h45 : un témoin voit Agnès devant son domicile, à côté de son véhicule, la Golf cabriolet, dont elle referme  la capote.
Entre 10h30 et 11h00, Xavier échange des mails avec la personne à laquelle il donne ses sites internet.
Dans l'après-midi, une amie d'Arthur envoie un sms à Agnès, qui lui répond. Elle lui dit de ne pas s'inquiéter de l'absence d'Arthur, parti pour un déménagement avec son père en région parisienne.
16h24 : Xavier fait un retrait d'espèces à un bureau de poste. Il est filmé par la vidéo-surveillance : il est souriant, décontracté, et discute avec la personne au guichet où il achète des timbres.
Fin d’après-midi : une voisine rencontre Agnès devant chez elle, qui promène l’un des chiens en laisse. Elles échangent rapidement quelques mots. 
20h16 : Xavier envoie un mail à son beau-frère : « Salut Bertram, désolé de t'avoir raté à Versailles pendant ton court séjour ! Pour info, je te mets en copie ci-dessous mes échanges avec l'agence qui louait l'appartement à Papa. C'est Christine et Maman qui doivent se charger de tout (heureusement, il n'y a pas grand-chose, et tu es là pour les aider, merci) […] » 
20h20 : Xavier répond à un sms de Christine : « Été ici aussi ! T’ai posté derniers papiers papa et ai envoyé en copie à Bertram mon mail à [l’agence] pour que la caution soit envoyée à Maman. Kiss » 

Vendredi 8 avril 2011 : 
Vers 11h30 : Xavier fait quelques opérations dans une agence bancaire, puis retire des espèces à un DAB.
12h43 : Xavier se connecte et intervient sur le forum cité catholique pour discuter de la généalogie du Christ (11h43 affiché sur le site, 12h43 en réalité).
Vers 13h00 : échanges de sms entre un ami d'Arthur et Agnès, au sujet de l'absence d'Arthur. L'ami d'Arthur reconnait le style d'Agnès.
La lettre aux proches et les courriers personnels sont datés de ce jour.
Dans l'après-midi, Xavier est vu en train de vider la chambre d'étudiant de Thomas à Angers ; les bras encombrés par les affaires de son fils, il s'est adressé à un voisin de Thomas qui l'aidait en lui tenant les portes : « Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour ses enfants ! ».
Un deuxième étudiant du foyer de Thomas apporte un témoignage concordant : il voit un homme faire des allers et venues entre sa voiture et la chambre de Thomas. D'après l'étudiant, cet homme n'avait aucune attitude suspecte et ne se cachait pas.
18h00 : Emmanuel reçoit un sms envoyé du téléphone de Xavier.
18h11 :  Xavier envoie un mail d'au-revoir à la société qui l'employait pour référencer des hôtels de luxe.
21h33 : Xavier répond au mail de Bertram qui lui demande des nouvelles de toute la famille : « Tout va bien Bertram, tu auras bientôt des nouvelles plus longues par Christine. A plus. Amicalement, Xavier ». 

Samedi 9 avril 2011 : 
Les exemplaires de la lettre commune adressée aux proches sont postés de Nantes ; à l'exception de deux, dont celui d'Emmanuel, qui ont été postés la veille.
Vers midi, Emmanuel découvre le courrier dans sa boîte aux lettres. Il passera sonner dans la journée et constatera que les jeux de clefs de la maison ne sont pas encore déposés dans la cachette indiquée par Xavier dans la lettre, mais un mot manuscrit indique qu'elles y seront dans la nuit de dimanche à lundi.
12h30 : une voisine voit Xavier dans la rue, devant la maison. Elle le salue et il lui répond. La voisine remarque que Xavier tient une bouteille à la main.
http://www.rtl.fr/actualites/article/exclu-rtl-une-voisine-affirme-avoir-vu-agnes-le-7-avril-nantes-ligonnes-tuerie-7679859168
L’après-midi, Xavier est à Angers, puis à Saint-Laurent-sur-Sèvre, pour finir de ranger les chambres de Thomas et d’Arthur.
17h15 : Xavier règle un repas en carte bancaire dans un restaurant de Cholet.
Xavier se rend ensuite au domicile d'Arthur, à Saint-Laurent-sur-Sèvre.

Dimanche 10 avril 2011 : 
Xavier dépose toutes les clefs au boulevard Schuman, au petit matin, en avance sur le planning annoncé ; et quitte définitivement Nantes. Elles seront trouvées le jour même dans la cachette indiquée, avec le mot suivant : « Certaines clés ne marchent pas bien, et il faut bidouiller pour ouvrir. Laissez toujours un jeu dans la planque, pour que d'autres puissent entrer ».
Xavier ne redoute nullement les allées et venues dans sa maison.
Commence alors la Grande Cavale...du Petit Poucet.
Tôt le matin Xavier repasse par la chambre de Thomas à Angers.
Xavier déjeune dans un restaurant proche de Mauléon. La gérante de l’établissement se souvient de lui : il était seul et portait des lunettes de vue. Xavier était posé et détendu mais a simplement précisé qu'il était pressé, et a déjeuné en trente minutes maximum.
Xavier retourne également au logement d'Arthur à Saint-Laurent-sur-Sèvre.
Des affaires de Thomas seront retrouvées le lendemain dans les bennes du lycée d'Arthur à Saint-Laurent-sur-Sèvre. Dans le contexte d'un départ familial, ce fait n'a rien de surprenant.
Le soir, Xavier dort à l’hôtel Le Beaulieu à Puilboreau près de La Rochelle.

Lundi 11 avril 2011 :
Xavier quitte l'agglomération de La Rochelle vers 09h30.
Une dizaine de proches reçoit la lettre annonçant une exfiltration de la famille dans le cadre d’un programme de protection de témoins.
Deux personnes se rendent au domicile de la famille de Ligonnès à Nantes. Elles font le tour complet des pièces : les photos ont été retirées des albums, les placards, tiroirs, etc... sont quasiment vides ; tout est comme annoncé dans la lettre.
Une amie d'Anne appelle celle-ci et tombe sur sa messagerie : elle est surprise d'entendre sur le répondeur d'Anne la voix d'Agnès, "toute guillerette" [sic].
Le soir, Xavier dort à l’hôtel Première Classe de Blagnac, près de Toulouse. Règlement en carte bancaire.

Mardi 12 avril 2011 :
Le matin une voisine remarque la Golf d'Agnès garée sur le boulevard des Américains. Un autre voisin l'avait déjà aperçue la veille, mais ne l'avait pas remarquée à cette place la semaine précédente.
http://www.rtl.fr/actualites/article/exclu-rtl-une-voisine-affirme-avoir-vu-agnes-le-7-avril-nantes-ligonnes-tuerie-7679859168
Xavier passe par le centre-ville d'Arles en milieu de journée, puis se dirige vers Avignon. Il dîne et dort à l’auberge de Cassagne, au Pontet. Il s'agit d'un établissement 4 étoiles ; rappelons à cette occasion, que Xavier travaillait comme "client mystère" pour une société qui attribuait les étoiles aux hôtels. Xavier s'occupait particulièrement des établissements de luxe, qui visaient ou souhaitaient conserver les 5 étoiles. Il n'y a donc rien d'étonnant, dans cette étape de son déplacement : c'est un milieu qu'il a pratiqué couramment, professionnellement. Xavier ne fait-il pas tout simplement ses adieux à la France, à sa gastronomie et à son art de vivre ?
Le directeur du restaurant de l’Auberge de Cassagne se souvient très bien du passage de Xavier. Ce qui a le plus marqué André Trestour, le directeur, c’est sa sérénité visible : « Il était tout à fait normal... En partant il a dit qu’il reviendrait car il a trouvé notre maison très agréable... »
D'après le personnel, Xavier dîne « très tranquillement. Rien ne montrait un quelconque énervement. Il était très affable, très détendu. Très bien habillé : il portait un costume cravate ».

Mercredi 13 avril 2011 :
Xavier quitte l'auberge de Cassagne le matin, et règle en carte bancaire.
Fin de matinée : une voisine prévient la police, inquiète de voir les volets fermés depuis trois jours.
Vers 14h00 : première visite domiciliaire. La police se rend au 55 bd Schuman, accompagnée des pompiers, et pénètre dans la maison : l'électricité fonctionne, des valises se trouvent dans les chambres "présageant d'un départ rapide".
Vers 16h30, Xavier règle un péage autoroute en carte bancaire.
Le soir, il dort à l’hôtel Première Classe de La Seyne-sur-Mer.

Jeudi 14 avril 2011 :
Le soir, Xavier dort à l’hôtel Formule 1 de Roquebrune-sur-Argens.

Vendredi 15 avril 2011 :
Vers 15h00 : Seconde visite domiciliaire. La police inspecte le 55 bd Schuman, la maison, le jardin, la cave, en passant obligatoirement sous la terrasse, sans rien remarquer d'anormal. Un papier manuscrit, indiquant "clé de la cave", se trouve sur la table de la cuisine, bien en évidence, avec la clé posée dessus. La police conclut son rapport en signalant que la maison ne présente aucun caractère de fouille ni de désordre.
Xavier est aperçu pour la dernière fois à Roquebrune-sur-Argens, filmé sur les vidéo-surveillances de l'hôtel F1 et du distributeur de billets de la Caisse d'Epargne.

Après cette date, plus aucune trace n'a été retrouvée, Xavier est parti.

De toute évidence, son déplacement dans le sud n'a aucunement les caractéristiques d'une cavale.

Vers 17h00 : une personne proche de Xavier et Agnès, ayant reçu la lettre et qui y accorde du crédit, contacte la police pour en faire état et expliquer le contexte du départ de la famille. Elle indique les autres destinataires de la lettre.

Samedi 16 avril 2011 :
Le matin, la police de Nantes contacte Christine par téléphone. Elle a déjà connaissance de la lettre puisqu'elle interroge Christine sur l'identité des destinataires. Toutefois, la police ne semble pas s'inquiéter du départ de la famille, malgré qu'elle comporte deux mineurs : elle annonce à Christine que des recherches seront lancées le lundi 18 avril s’il n’y a rien de nouveau d’ici là.
L'officier de police demande également à Christine si son frère travaille avec la police. Par d'autres biais, nous savons que la lettre a été prise en considération.
Un premier témoin est entendu, qui déclare croire à la lettre des époux de Ligonnès, expliquant qu'ils sont pris en charge par le gouvernement américain, et transférés aux USA sous une autre identité.
Vers 16h00, audition d'un second témoin, qui dépose une autre copie de la lettre commune, ainsi que deux jeux de clés du domicile familial du 55 bd Schuman.

Dimanche 17 avril 2011 :


Lundi 18 avril 2011 :
Le parquet de Nantes est saisi pour disparition.
La disparition de la famille est annoncée à la radio.
Vers 16h00 : troisième visite domiciliaire effectuée par la police judiciaire de Nantes, au 55 bd Schuman. La salle à manger est en désordre. Dans la cuisine, Xavier étant parti depuis une semaine, la police remarque une serpillère encore humide et mentionne un bidon de désincrustant posé sur la table, où se trouve également la clé de la clave, posée sur le papier manuscrit.
La PJ effectue une visite des extérieurs, inspecte la terrasse et se rend dans la cave, en passant obligatoirement sous cette terrasse.

Mardi 19 avril 2011 :
Une amie d'Agnès reçoit un email, envoyé depuis l'adresse personnelle d'Agnès, avec le sujet « remembering Agnès ». Cette personne déclare ne pas avoir lu ce message, l'avoir supprimé sans l'ouvrir, et avoir vidé la corbeille. D'autres personnes ont reçu des emails avec une photo de la Statue de la Liberté...




Mercredi 20 avril 2011 :
Quatrième visite domiciliaire, effectuée par la PJ de Nantes au 55 bd Schuman.
La police constate que le bidon de désincrustant n'est plus sur la table, mais sur le plan de travail. La clé de la cave est toujours sur la table, à présent recouverte d'une nappe propre.
Devant la zone de cuisson se trouve un seau de nettoyage de couleur rouge dans lequel se trouve un balai brosse souple encore humide.
La PJ visite toute la maison ainsi que les extérieurs : le jardin, le dessous de la terrasse, et la cave.
Aucune trace de sang significative n'est découverte dans la maison.

Jeudi 21 avril 2011 :
Cinquième visite domiciliaire, effectuée par la PJ de Nantes au 55 bd Schuman.
Découverte d'un corps d'une part, puis de quatre autres corps et de deux chiens, d'autre part, enterrés dans deux fosses creusées dans le fond de la zone abritée par la terrasse, de part et d'autre de l'accès à la cave.
Les fosses sont recouvertes d'un centimètre de ciment : ce dernier  « s’écrase légèrement, laissant ainsi penser qu’il n’est pas complètement sec et qu’il a pu être réalisé récemment ».
Les corps sont soigneusement emmaillotés dans des couches superposées de draps et de sacs de couchage, la tête calée, la face contre un oreiller ou un coussin, le tout enveloppé dans des sacs poubelle se chevauchant, puis ficelé par de nombreux ­rubans adhésifs. Comme pour assurer un transport étanche.
Les actes de décès nominatifs sont établis sur place, avant même le transfert vers la morgue. Hors la présence de personnes qualifiées pour les reconnaître, et bien avant toute expertise ADN.

Vendredi 22 avril 2011 :
Les corps exhumés sont autopsiés.
Fin juin l'on apprendra par le dossier que les décès sont estimés dater de 10 à 21 jours, soit une fourchette entre le 1er et le 12 avril. Fourchette imprécise et peu probante quand on sait que la famille sort au cinéma et au restaurant le 3 avril, et que Xavier quitte le domicile en dernier, le 9 avril (le matin du 10, il ne fait que déposer les clés dans la cachette, en avance sur le planning annoncé). "Curieusement, nous n’avons pas beaucoup d’aide de la ­médecine légale pour y voir plus clair".

Mardi 26 avril 2011 :
Les permis d’inhumer sont délivrés, cinq jours après les exhumations...
Les résultats des diverses analyses ADN ne seront donnés que courant mai.

Jeudi 28 avril 2011 :
Cérémonie religieuse, suivie d’une crémation. Les corps sont réduits en cendres.

Vendredi 29 avril 2011 :
Devant le déferlement médiatique, aveugle et diffamatoire, Christine prend pour avocat Maître Stéphane Goldenstein et se constitue partie civile.
Bertram, son époux, l'est également, ainsi que Geneviève de Ligonnès, mère de Xavier.

Mardi 10 mai 2011 :
Le procureur de la République de Nantes annonce qu'un mandat d'arrêt international a été délivré à l'encontre de Xavier Dupont de Ligonnès.
A ce jour (juillet 2012) Xavier ne figure pas sur la liste des auteurs présumés de crimes recherchés par la police nationale. Liste consultable sur le site du ministère de l'intérieur français : http://www.avisderecherches.interieur.gouv.fr/personnes1.asp?T=R.
Xavier n'apparaît pas non plus sur les site d'Interpol ( http://www.interpol.int/fr/Wanted-Persons ) et d'Europol : "Europe's most wanted fugitives" ( https://eumostwanted.eu/fr ).

Fin juin 2011 :
Le début du dossier d'instruction est accessible à la partie civile.
Des anomalies considérables sont constatées au niveau des autopsies, concernant chacun des corps exhumés, et viennent renforcer les doutes légitimes au sujet de l'identité réelle de ces corps .

...

Février 2012 :
Levée des scellés du 55 bd Schuman.
Il n'y aura jamais de reconstitution.
Et pour cause.

Mercredi 28 mars 2012 :
Bertram et Christine se rendent au 55 boulevard Schuman avec Maître Goldenstein.